jeudi 2 mars 2017

Oss par Audree Wilhelmy






Titre: Oss
Auteur: Audrée Wilhelmy
Genre: Littérature québécoise
Nombre de pages: 76
Éditeur: Leméac


A la mort de Grumme, la Petite tourne le dos au magasin général de la vieille obèse, quitte les Naëlle, Fribulle et Marie Grille-Temps de son village, pour aller faire sonner ses grelots jusqu'au cirque de Fort-Bouteille. Aux confins d'une étrange forêt, elle retrouvera le grand méchant Loup. Mais dans ce conte amoral, érotique et cruel, on ne sait plus trop qui est pris au piège de l'autre.

J'ai découvert Audrée Wilhelmy avec son roman Les sangs, qui m'avait été proposé par le club littéraire du Cégep de Sainte-Foy. J'avais adorée. Tellement qu'encore aujourd'hui, ce livre est un de mes favoris. C'est donc avec beaucoup d'attente que j'ai mis la main sur Oss, sa première publication.

L'histoire commence avec la mort de Grumme, la mère adoptive de Noé et sorcière du village. Personne ne pleure cette grosse femme qui sentait la charogne. Elle se poursuit avec Noé, nue, couchée sur un lit, couverte de bleu en présence de Lô, le prêcheur du village. Cet homme ne survivra pas longtemps car le soir même, le presbytère brûle, l'emportant avec lui. 

Après cette tragédie, Noé, aussi appelée La Petite, décide de partir d'Oss, son village adoptif. Elle se retrouve dans un foire où elle est prise sous l'aile bienveillante de Manouche. Mais Noé a besoin de partir encore une fois. Elle entend parler des toilettes voyageuses. Ces toilettes qu'on utilise pendant les évènements et qui repartent vers d'autres destinations une fois ceux-çi terminés. La Petite embarque alors dans une de ces bécosses et part vers une destination inconnue.

Ce conte est court et sombre. Il se lit d'une traite et on n'en sort pas indemne. En effet, les scènes de sexes sont troublantes, voir même choquantes de par la violence présente, mais malgré tout on ne peux arrêter la lecture malgré la dureté des propos.
J'ai aimée ma lecture mais malgré tout, Les Sangs restera mon roman préféré de cette auteure.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire